Sénégal - Rufisque Nord

Coopération décentralisée

Dans mon esprit, après ce retour en pays d'auge, s'opposent inexorablement un monde africain ancien, qui souffre de l’exode en tout sens, avec ses traditions, ses savoir-faire ancestraux , un monde rural "Sahélien" où se côtoient, éleveurs, petits agriculteurs et  pêcheurs sur la côte atlantique et sur le fleuve . Des artisans, couturiers, bijoutiers...et un nouveau monde, celui que nous avons enfanté, avec ses banques, ses grandes firmes , ses déchets qui souillent le Sénégal de toutes parts, ses eaux usées à ciel ouvert qui finiront dans l océan, à la saison des pluies ...cette course folle aux richesses à n importe quel prix pourvu qu’il y ait profit ( productions intensives de fruits et légumes  pour l’Europe, mine de diamant, pétrole, gaz...) , celui de la globalisation, qui pour perdurer et imposer sa loi ultra libérale doit s'accaparer des terres, des êtres, bouleversant à jamais l’âme de ce continent qui connaît un boum démographique sans précédent... Des potentialités énormes, une jeunesse qui doit se bâtir un présent pour devenir... entre ces deux Mondes.

 

L'environnement est donc menacé de toutes parts et le béton se répand comme la peste, laissant les grands arbres sur le dos... le lac Rose dans quelques mois sera urbanisé ainsi que le village des tortues...

 Alors, Rufisque Nord ou Gandon, une zone urbaine précaire  en pleine expansion, en danger sanitaire sans réelle  politique liée à l hygiène, à la protection de l’environnement avec ces groupements de femmes qui sont un des moteurs de la société Rufisquoise ou une zone rurale en périphérie de Saint Louis qui cherche des solutions pour réussir son développement tout en conservant ses espaces de ruralité,  une certaine auto subsistance,  limitant si possible l essor urbain de Saint Louis qui, asphyxiée, ne demande qu'à s’étendre... 

  

Alors, je suis favorable à une coopération décentralisée avec Gandon et ses villages afin de travailler ensemble sur un modèle de développement qui pourrait répondre au mieux aux attentes des populations, cernant les atouts et les difficultés du territoire, essayant de redonner aux artistes, aux artisans, au travail manuel, à la culture toute sa place, car on ressent de grosses carences en la matière. Un abandon qui laisse sa place à ce monde voulu par la mondialisation, un seul visage uniforme et docile à souhait...ce défi me parait prioritaire et le relever tous ensemble serait un grand chemin, unissant nos forces.

 

Pour Rufisque nord, une coopération  pourrait voir le jour avec Livarot Pays d’auge sur l’apport des femmes dans la société et amorcer un travail sur l’éducation, la formation, la solidarité, et ainsi alimenter, par notre collaboration, des liens avec Gandon.

 |  Décroissance alimentaire »

Catégories

Archives